A Madrid Accueil, Nathalie Toulet passe le flambeau à Gabrielle Ruiz Actualités Le portrait du mois : Cédric

Le portrait du mois : Jocelyne
 

20180418_171221

Difficile de faire son  propre portrait ! Comment se présenter : Me llamo Jocelyne, enfin pour ma famille et mes amis, mais à Madrid on m’appelle plus souvent Madame l’ambassadrice ou l’épouse de l’ambassadeur. Car je vis à Madrid depuis près de 3 ans après avoir suivi mon mari, comme beaucoup de Françaises expatriées; mais contrairement aux idées reçues je ne distribue pas des Ferrero Rochers tous les soirs.

Comme il n’y a aucun statut spécifique pour le conjoint « du chef de poste », je jouis d’une grande liberté d’autant plus que je suis à la retraite après plus de 40 ans d’enseignement d’Histoire en France mais aussi au Brésil. Je continue à être passionnée par l’éducation (j’aime répondre aux invitations des lycées français ou espagnols) – la géopolitique et la découverte de Madrid et de l’Espagne.

Je  m’absente de temps en temps pour aller embrasser mes trois fils et leurs épouses et mes six petits enfants (en parité complété –fille – garçon) car chacun sait que l’éloignement de ses proches est la partie un peu douloureuse de l’expatriation.

 

J’ai aussi plaisir à répondre aux invitations de diverses associations ; Madrid Accueil a été une belle rencontre car j’ai trouvé une équipe dynamique, inventive et j’ai toujours plaisir à participer à la découverte de multiples expositions guidée par David Ruiz

Je participe aussi à des projets avec des associations espagnoles, comme « Recicla Futuro”, qui m’a conduite à organiser un défilé de mode à partir de vêtements re-customisés par des prisonnières sous la direction de Manu Fernandez designer et d’artistes comme Charles Villeneuve, l’objectif étant de permettre à ces jeunes femmes d’acquérir un métier pour arriver à se réinsérer à la fin de leur incarcération.

 

J’ai aussi choisi de m’investir dans cette belle résidence de Madrid ;Tout d’abord dans l’accueil de nos hôtes car la Résidence  est à la fois un restaurant de prestige grâce à Laurent le cuisinier avec lequel nous choisissons les menus et un petit hôtel de charme avec quelques chambres pour nos invités de passage .Avec l’intendant José et son équipe nous veillons à l’entretien et aussi à la perfection de l’accueil (du choix des fleurs aux fuites d’eau, de l’achat de serviettes de bain au rangement complet des caves)

J’ai donc  le privilège de rencontrer des personnalités très diverses et d’enrichir mes connaissances dans des domaines variés (ainsi dernièrement suivre en direct avec le président du CNES le lancement d’Ariane de Kourou) .Et j’accompagne régulièrement mon mari dans diverse cérémonies officielles (comme les fêtes nationales dans les ambassades à Madrid) ; le 14 juillet, nous recevons à la résidence plus de 3 000 personnes.


Grace aux «fées» du service de décoration du Quai d’Orsay et au directeur du mobilier national nous avons opéré pendant un an une grande rénovation/restauration- celle du bureau de l’ambassadeur , de la galerie et surtout  du grand salon qui est l’écrin des deux tapisseries de Picasso : femmes à leur toilette – Nos espaces de réception sont avant tout des lieux de travail pour mon mari ( du petit déjeuner aux conférences diverses, des entretiens particuliers aux remises de décorations et aux diners) et nous avons voulu qu’ils manifestent non seulement l’excellence française mais le lien fort entre la France et l’Espagne…Nous avons encore beaucoup de rêves et le « rêve est l'espérance de ce que la raison n'ose espérer ». 

 

Retour

Réserver un emplacement sur notre site